Présentation

Sur ses terres à l’histoire multimillénaire, Israël a su attirer les ingrédients nécessaires au miracle économique : investissements, infrastructures, éducation, culture... Mais cela ne saurait être suffisant sans l’esprit d’innovation.

Cet esprit d’explorateur, jamais satisfait, toujours à l’écoute de ce qui frémissant encore aujourd’hui sera fécond demain a permis au pays d’être un centre d’innovation mondial majeur ces cinquante dernières années.

Séduit par ce bouillonnement d’initiatives et porté par l’émulation qui s’en dégage, Steve Suissa décide d’y prendre pleine part et propose le 1er Festival du Théâtre Français.

Artiste interprète et metteur en scène depuis plus de 20 ans, Steve Suissa a notamment signé la mise en scène de nombreuses pièces à succès comme Le journal d’Anne Frank avec Francis Huster, 24h de la vie d’une femme avec Clémentine Célarié ou plus récemment encore la nouvelle création de Laurent Ruquier, A droite à gauche, où il a dirigé le duo Francis Huster et Régis Laspalès.

Pour cette 1ère édition, Steve Suissa fait le pari de redonner au spectacle toute sa place dans l’écosystème israélien avec l’ambition de faire du 1er Festival du Théâtre Français un outil fédérateur des publics autant qu’un atout pour le rayonnement et le développement économique d’Israël dans le monde.

Comme le pays qui l’accueille, le 1er Festival du Théâtre Français est en quête d’excellence et d’innovation et a pour ambition de proposer une programmation prestigieuse et grand public pour satisfaire le plus grand nombre de personnes.

Ainsi, du dimanche 22 octobre au lundi 30 octobre 2017, de grands artistes français, comme Thierry Lhermitte, Pierre Arditi, Francis Huster, Daniel Russo, François-Xavier Demaison ou encore Claire-Marie Le Guay donneront 5 représentations exceptionnelles, en français, alliant comédie, grands auteurs, musique classique et création contemporaine.

Rendez-vous est donc pris en octobre pour le 1er Festival du Théâtre Français !

Découvrir le
programme 2017

Le mot de Steve Suissa

Israël est la lumière du monde et cette flamme ne cessera de brûler pour illuminer toute l’humanité de ce que son peuple en marche a toujours magnifié : la culture. Ce mur des élévations. Celles qui hissent l’homme au-dessus de toute chose lorsqu’il devient alors, en se consacrant à l’art, un être d’amour.

Cet amour qui ne cessera de remplir de joie, de tendresse, d’humanité et de générosité non seulement ceux qui pratiquent cet art, les artistes, mais ceux qui l’admirent, les publics de toutes les générations, de toutes les religions, de tous les peuples.

Ce mur des élévations est le seul qui ne cèdera jamais, contre les ennemis de nos valeurs de dignité humaine.

Nous allons au cœur même d’Israël, faire naître le 1er Festival du Théâtre Français.

Pour que naisse cette lueur d’avenir, qui semble à jamais définir le but essentiel de l’art : l’espoir.

L’espoir d’un monde meilleur que nous allons bâtir, ensemble.

Steve Suissa

Les théâtres

BEIT Lessin Chaim Weitzman 60, Tel Aviv

Beit Lessin Theatre est le premier  théâtre public à Tel-Aviv, en Israël. Établi en 1978 par Yaakov Agmon. Tzipi Pines en est sa directrice depuis 1993. Au fil des années, le théâtre a montré plus d'un millier de pièces contemporaines américaines et européennes, ainsi que des productions originales.
Beit Lessin Theatre est considéré comme l'un des principaux théâtres en Israël. Le théâtre compte 35 000 abonnés.  Le théâtre Beit Lessin propose des pièces dans trois salles à Tel Aviv: ZOA House, Zavta, au musée Eretz Israel et au Beit Hachayal. Mais aussi dans d'autres villes en Israël.
Nos spectacles vont se jouer au Beit hachayal, qui compte plus de 900 places. 

Centre Gerard Behar Bezalel 11, Jérusalem

Le Centre Gerard Behar est un centre artistique majeur à Jérusalem, en Israël, pour le théâtre indépendant, la danse et les productions musicales, des spectacles pour enfants, des expositions d'art, des ateliers d'artistes et des festivals. Anciennement connu sous le nom de Beit Ha'Am, en 1961, le site nouvellement ouvert était le lieu du procès de l'officier nazi Adolf Eichmann, qui était assis dans une cabine en verre spécialement faite à l'épreuve des balles pendant la procédure. Après le procès, le bâtiment est retourné à son utilisation en tant que centre culturel, mais en 1983, le complexe a été transformé en centre artistique par la Fondation de Jérusalem avec le financement d'Eliezer et Lucie Behar de France, qui ont renommé le centre en mémoire de leur fils, Gérard, victime des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1987, le Centre Gerard Behar a été incorporé dans le nouveau Centre civique Jacob & Hilda Blaustein, qui regroupe les deux théâtres, un studio de danse, une bibliothèque municipale.